Chapitre 1

9. ...Una noche de agua negra....

Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike Certains droits réservés.

15 commentaires

Nada a dit :

Poussée par des vents contraires, s'avance par- une nuit de noires eaux-, une fragile silhouette(c'est le titre de la page, traduit de l'espagnol, je l'ai mis au pluriel ça sonnait mieux en français!!!!!)

28 févr. 2013

Jean_Baptiste_Crocodile a dit :

Cette silhouette noire, penchée, à la robe gonflée par le vent, ce pourrait être une paysanne fourbue qui rentre au village, le soir, serrant contre elle un petit sac de légumes pour le potage du souper … n’était son port de reine, sa chevelure abondante et libre, la bonne coupe et l’élégance de son vêtement …

De la paysanne néanmoins, on peut lui accorder la force qui la fait tenir en dépit du vent glacial qui descend des montagnes : elle plie mais elle ne rompra pas.

Face à elle l’église, le cimetière, quelques maisons dressent leurs toits, leurs croix contre un ciel de tempête, un ciel d’avalanche.

Et puis il y a ce prodigieux nuage horizontal, aux formes rebondies, dont la croupe repose – presque avec tendresse - sur le faîte de l’Eglise. Il va son chemin bourgeonnant, espiègle, indifférent lui aussi aux colères du ciel. De quelle parti est-il l’étendard ?

Il pourrait être comme deux bras largement ouverts indiquant à la marcheuse obstinée que oui, décidément, c’est bien ici qu’il faut aller, qu’ici son destin se joue.

Seulement son destin ?

1 mars 2013

baphea a dit :

Superbe planche, bel équilibre des Noirs et Blancs

1 mars 2013

lagae a dit :

Toujours aussi beau…Et toujours aussi énigmatique!

1 mars 2013

MacMillan a dit :

Tout commence dans une ambiance de mort =o le noir et blanc une véritable intensité au travail ^^

1 mars 2013

Dino a dit :

Peut être qu'elle va à la messe du matin avant de préparer le petit déjeuner pour son mari et ses sept enfants.

2 mars 2013

Un visiteur ("R") a dit :

C'est morbide. Mais j'aime!! Ça fait revenir sur Terre, c'est le doigt tendu vers la force fragile de l'être humain, ça donne envie de chanter et de vivre pour contrecarrer ce destin immuable…

3 mars 2013

Un visiteur a dit :

Peut-être qu'elle cherche le zoiseau qui KREEE en haut à gauche :)

3 mars 2013

Un visiteur (Le passant avec soucis) a dit :

re-moi…

à Nada : comment peut-on être “poussé par des vents CONTRAIRES” ???

3 mars 2013

Drox a dit :

Très joli contraste clair/obscure ! L’atmosphère est très bien rendu !

3 mars 2013

Nada a dit :

Merci à tous pour vos commentaires..

Merci Baphea pour le copinage :-) et pour ton passage ici!!

Lagae, MacMillan, oui énigmatique,et bien sombre.

Tu as raison R revenons sur terre dans la joie et la bonne humeur……enfin je suis plutôt un peu sombre dans mon tempérament……

Dino et le visiteur avec ou sans soucis, pour avoir la réponse, il faudra patienter jusqu'à la fin du chapitre……celui qui trouve le but de son périple avant la fin aura gagné une Vera Cruz en dédicace ;-))!!!!!!!!!! Pour les vents contraires ils soufflent plutôt dans ma tête……..disont quelle tiré des bords pour garder le cap!!!!

Merci Drox pour tes commentaires encourageants

3 mars 2013

Jean_Baptiste_Crocodile a dit :

“Poussé par des vents CONTRAIRES”, telle est la situation du voilier qui avance vers son cap en … LOUVOYANT ! Mais est-ce dans le caractère de Véra Cruz de … louvoyer ?

3 mars 2013

Maud a dit :

On est vraiment dans l'ambiance !!

3 mars 2013

Nada a dit :

Merci Maud de ton soutient :-)!

Louvoyer…..oui pourquoi pas, d'après ce que je connais de l'histoire on ne peut pas dire que son chemin est une ligne droite………..en fait c'est l'image qui est construite avec des forces contraires……

4 mars 2013

Jean_Baptiste_Crocodile a dit :

Ouais, ouais, Nada, plus j'y pense, et plus je crois qu'en effet Véra Cruz a pas mal louvoyé dans sa vie !

Et que, quand notre histoire débute, Véra a changé d'attitude et que ça va faire mal !

6 mars 2013