Chapitre 1

5. ...Certains restent sur le quai.....

Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike Certains droits réservés.

16 commentaires

Nada a dit :

Les au revoir se poursuivent, trois personnages sont sur le quai….bon vous savez sûrement de qui il s'agit!!:-)

31 janv. 2013

Jean_Baptiste_Crocodile a dit :

Excusez-moi tous, je vais encore faire long … mais c’est la faute à Nada, elle m’a demandé de causer scénario !

Je n’ai pas de compétences particulières sur la question. Je suis un pratiquant sauvage sans formation ni doctrine. Voici néanmoins mon retour d’expérience.

Pour moi, construire un scénario c’est pas du tout comme construire une maison.

Quand on construit une maison, on commence par couler les fondations, monter les murs puis poser la charpente et la couverture. Ensuite viennent les canalisations transportant les divers fluides. Puis les portes, fenêtres, enduction des murs et des plafonds, peintures et papiers, parquets et carrelage.

A la fin seulement, un type avec pipe et journal (l’heureux nouveau propriétaire) s’installe dans un fauteuil devant un bon feu qui crépite dans la cheminée.

Le type est fatigué, c’est la fin de la journée, au dehors, un vent tempétueux pousse en rafales de grosses gouttes contre les carreaux des fenêtres toutes neuves. Mais le type s’en fout. Il a allongé ses pieds déchaussés et une douce chaleur remonte de ses orteils le long de ses jambes. Il y a même une petite table basse à monture métallique et, sur son plateau transparent, un verre de whisky. Le type déguste un article croustillant sur un meurtre mystérieux commis en forêt domaniale de ***. Y a-t-il plus grand plaisir que celui de lire le récit d’évènements atroces dans le confort douillet d’un intérieur propre et chaud ? Le cerveau délicieusement allégé de tout souci par l’effet des vapeurs de l’alcool ?

Aussi, notre gars ne remarque pas immédiatement qu’une sonnerie retentit. Qu’il ne s’agit pas du téléphone qui n’est pas encore installé (le mec est vieux jeu : no mobile !). Que c’est plutôt l’espèce de carillon de la porte d’entrée choisi par sa femme, sur catalogue. Que sa femme précisément n’est pas encore rentrée ce soir. Que c’est pas le jour des courses. Que le carillon teinte maintenant depuis un bout de temps. Et qu’il y a quelqu’un, dehors, exposé au froid, à la pluie et au vent, qui souhaite rencontrer le nouveau propriétaire de la maison. Alors notre pantouflard se soulève de son fauteuil, enfile ses savates et se traîne en baillant jusqu’à sa porte en PVC imitation chêne massif (choisie sur catalogue).

Il ouvre. Sur le paillasson, une jeune femme, cheveux mouillés en désordre, pieds nus, vêtue d’un imperméable détrempé. Le mec en jurerait : cet imperméable est le seul vêtement qu’elle porte (comme dans le film de R Aldrich « Kiss me deadly » …) Notre homme trouve tout naturel qu’elle se précipite dans le vestibule. Tout naturel également de refermer la porte d’entrée en poussant le verrou intérieur. Puis sans présentation, sans préambule, la visiteuse débite d’une voix haletante une histoire invraisemblable d’espionnage, d’expériences biochimiques abominables, etc. Le mec écoute à peine. Il est sous le charme. Il ne le sait pas encore, mais de gros ennuis vont bientôt lui tomber sur le coin de la figure.

Ce que je veux dire avec cette histoire, c’est je ne bâtis jamais le scénario de manière chronologique en commençant par l’achat du terrain et la construction de la maison. Le point de départ, c’est une « vision » de l’imagination, c’est une situation qu’on pourrait dire « de crise ». Une fille à demi nue qui débarque chez un banlieusard, un poivrot angoissé qui récapitule sa vie, un photographe de plage qui tombe amoureux de la favorite d’un caïd, une tête d’obsidienne dotée de pouvoirs redoutables, etc. On pourrait comparer cette situation de crise que l’imagination voit d’emblée à un cœur vivant et palpitant. Et comparer l’imagination à un prêtre aztèque qui perfore la poitrine d’un prisonnier avec un couteau d’obsidienne (encore !) et arrache un cœur vivant et palpitant. Vous voyez le tableau ?

Pas joli, joli ? Ce n’est qu’une métaphore, allez , soyez pas effrayé … Elle traduit néanmoins pas trop mal cet acte brutal d’effraction et de capture : dans la nuit plutôt morose du quotidien, l’imagination saisit soudain un morceau de réel tout chaud et saignant, pas du tout un bout de cristal impeccable, non, non, un morceau poilu, avec des tubulures sectionnées qui partent dans tous les sens … Le boulot du scénariste, après, c’est de retrouver le corps auquel le fragment anatomique a été arraché pour bâtir un récit cohérent … mais ça, c’est une autre histoire !

Ah oui, un dernier truc. J’écris : l’imagination « capte », « saisit », « arrache ». L’affaire est souvent plus ambiguë que cela. On pourrait aussi considérer que c’est le gibier qui fonce tête baissée dans le buffet du chasseur … tant il est difficile de démêler ce qui est actif et ce qui est passif dans l’imagination !

Et si, au final, vous trouvez Jean Baptiste trop bavard, dégustez, faites tourner lentement dans votre bouche cette citation de Ramon Gomez de la Serna : « Le crocodile est une chaussure qui bâille de la semelle. »

1 févr. 2013

Dino a dit :

Tout ira bien… et pourtant on est pas rassuré…

1 févr. 2013

lagae a dit :

Fiou, désolé Jean Baptiste, mais je n'ai pas eu le courage de tout lire…Je me contenterais de voir les magnifiques dessins de Nada me dicter le chemin de l'histoire…

1 févr. 2013

PAGO a dit :

Je ne suis pas aussi littéraire que Crocodile dandy mais je me retrouve e partie. Un scénario, c'est sans doute au début une suite d'images et de scénettes mais il faut bien à un moment rassembler tout ça, construire un plan précis, bâtir le décor, donner une personnalité aux héros sinon tout va à vau l'eau (ou à vélo, c'est selon). Si tu construis la chambre du petit dernier sans t'être au préalable assuré que le terrain était bien fondé, rien ne tient debout….

Commencer une histoire par des gens qui se disent au revoir, ça manque pas de classe….

Je trouve tes grues portuaires très réussies, on dirait du pochoir, tu fais ça comment, Nada ?

1 févr. 2013

Nada a dit :

Tu as raison Dino de ne pas être rassuré…..mais pour l'instant c'est le calme…avant la tempête…..

Merci Lagae d'aimer mes dessins!!!ça me va droit au coeur:-)!!!!

Pago je fais ça avec Photoshop tu trouves ou tu dessines des modèles qui te plaisent tu les scannes, tu vectorises ou retrace et tu transformes ça en symbole, ou brosses pour en faire ce que tu veux…. sinon on en trouve des prêts et gratuits sur le site All silhouettes. Le au revoir en guise de début vient d'une lecture lointaine …..

…..et moi je demande quoi à JBC? De la chronologie, des découpages, des chapitres…….sans coeur va!!;-)

1 févr. 2013

MacMillan a dit :

Même avis que Dino ^^ ! Ah bah, on peut dire alors que tout le monde fait de son mieux pour offrir un scénario original, ça fait plaisir : ]

2 févr. 2013

Un visiteur ("R") a dit :

J'ai pas lu tous tes mots, Crocodile, mais j'ai saisi le sens génèral de tes propos, et cela me suffit pour dire, en tant d'apprentie écrivaine liseuse professionnelle, que je te comprends parfaitement!!

Nada, tes noirs et blancs sont magiques… Ils détendent, et la tension visible chez les persos accrochent…

2 févr. 2013

Drox a dit :

Les dessins sont vraiment supers et l'intrigue s'installe bien ! Vous faites un très bon duo !

Et oui, tout ira bien (en tous cas, pour nous lecteurs c'est sûr !) ^^

2 févr. 2013

Nada a dit :

Tu as raison MacMillan chacun de nous fait de son mieux, pour offrir de l'originalité et aussi un peu de nous même..

Merci R pour ton soutient, constant, une bonne raison de croire en ce que l'on fait :-) Ps: ne t'inquiète pas si tes coms passent en spam, c'est un bug, et je peux tout afficher! Margo qui poste souvent ici à le même souci!

Merci Drox pour tes encouragements , c'est sur tant qu'on est là tous ensemble à lire nos bd tout ira bien^^

2 févr. 2013

Un visiteur ("R") a dit :

Oh, j'ai l'habitude d'être prise pour un spam, maintenant, ça m'arrive un commentaire sur deux…

2 févr. 2013

Maud a dit :

Oui, je trouve ça assez parlant ce que t'as dit, Jean Baptiste, le truc du coeur, des morceaux à reconstituer, de l'évènement impulsion, c'est sympa de nous faire part de tout ça. Continuez à nous faire rêver tous les 2 ! Nada, ils sont drôlement beaux et inspirés, tes dessins (j'aime particulèrement le fond du ciel, un peu abstrait…)

3 févr. 2013

Nada a dit :

Merci Maud, dans mes dessins je tente de faire passer l'émotion qui traverse l'histoire….Ce qu'il y a de bien dans notre binôme c'est que chacun apporte ses idées, et que nous ne campons pas bêtement sur nos positions….

3 févr. 2013

Un visiteur (margo) a dit :

Oui….on espere que tout ira bien….mais que va t il arriver….hummm deja plein de suspens….finalement c est plutot inquietant. ^^…..vivement la suite…..

3 févr. 2013

Nada a dit :

L'action n'est pas pour tout de suite, mais la fin du chapitre déménage ;-)

4 févr. 2013

Un visiteur (JBC) a dit :

Merci Maud, tes remarques me vont droit au … cœur (arraché …;-)

Alors R, tu es une liseuse “professionnelle” ! C'est cool ! Et une apprentie écrivaine ? Tu connais évidemment le rapport inspiration/transpiration de l'ordre de 5/95 !

Merci Nada d'accueillir mes coms monstrueux !

C'était la dernière fois, promis, désormais, je fais court !

4 févr. 2013