Chapitre 3

17...Publier une mort pour sauver une vie !

Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike Certains droits réservés.

10 commentaires

Jean_Baptiste_Crocodile a dit :

“Pourquoi je suis ici ?” Ben … heu … pour féliciter Nada et pour dire que “nous n'avons pas publié” Véra Cruz en vain … ;-) …

1 mai 2015

Nada a dit :

Quand une jeune journaliste ambitieuse rencontre un vieux matou de flic qui a des choses à raconter sur une certaine Vera Cruz qui vient de se faire mitrailler le jour de la fête des morts….

1 mai 2015

Gambit a dit :

C1: Mais c'est Yinyin!!! C3: je trouve que la nana a une certaine fraîcheur… Encore une bien belle planche! Bravo!

1 mai 2015

J8B a dit :

Mince hier à quelques heures près, j'aurai pu aussi lire cette page ^^
Bonne planche, sympa l'utilisation des bulles noires pour le flic et blanches pour la journaliste.

2 mai 2015

Nada a dit :

JBC merci^^

Gambit ça y est Yinyin est démasqué !!!

J8B les deux sont publiés le même jour a la même heure!!:-)

2 mai 2015

Un visiteur ("R") a dit :

Elle a de l'allure, cette journaliste. Ça change de ces magnifiques femmes à l'apparence mystique, avec elle on revient au XXIème siècle …

4 mai 2015

Nada a dit :

“R” ha oui!! voilà une journaliste bien dans son époque et les pieds sur terre!!!

5 mai 2015

Mosc a dit :

J'avais un peu déserté Webcomics ces derniers temps, et c'est avec un grand plaisir que j'ai découvert plusieurs pages à la suite ! Comme souvent ici, on passe d'une narration à un autre, d'un présent à un autre. Et comme toujours, aussi bien graphiquement que narrativement, on ne se perd pas, c'est maîtrisé. La fête riche en couleurs s'est effacée, le noir a refait surface, ne laissant un temps que la place au rouge du sang des blessures de Vera et son amant. Un tout petit passage dans le présent, où l'on voit que Magda semble décidément en savoir plus que quiconque sur l'affaire (l'avantage de tenir un bar, on est toujours au chevet des plus bavards) et on replonge dans un autre flashback. Ici, pas de magie. C'est la réalité la plus matérialiste, l'hôpital et ses détails. Pas de place au rêve quand on est relié à son lit par des tuyaux de perfusion. Et un flic et une journaliste : qui peut imaginer des personnages moins prosaïques ?

7 mai 2015

Nada a dit :

Merci Mosc ton com est rassurant on arrive à comprendre l'histoire.

8 mai 2015

Chag a dit :

tu dessines vite quand meme…c'est pas croyable^^

18 mai 2015