Chapitre 1

14. ...et le monologue se poursuit...

DINO vient de terminer sa BD MARCEL, ICI une interprétation d'un de ces personnages NINI

Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike Certains droits réservés.

7 commentaires

Nada a dit :

Je vous l'avais dit ! Alvaro continue son discours dans le vide…..plongé dans ses pensées et imbibé de mezcal….

En hors série sous la planche un liens vers Nini, le personnage de la BD Marcel que Dino vient de terminer et que l'on félicite :-)!!

5 avril 2013

Drox a dit :

Moi je lui dirais plutôt “avale pas trop” Alvaro - avale pas trop… Nan c'est vraiment foireux comme vanne en fait ! Désolé Nada :)

Très sympas ton fan-art pour Nini !

5 avril 2013

Nada a dit :

Drox :Ben a moi elle me fait rire …..cette vanne!!!!et c'est bien trouvé :-)!!!

5 avril 2013

Dino a dit :

Je me demande si notre ami Alvaro n'exagère pas un peu les ennuis de Rasmussen. L'alcool ne lui fait pas voir la vie en rose…

Merci pour Nini, elle est magnifique :))

6 avril 2013

lagae a dit :

Hum hum…Intéressant! Il sait des choses et ça tombe bien, il a l'air de vouloir soulager sa conscience!

6 avril 2013

Nada a dit :

Dino,Lagae, là je laisse s'exprimer le scénariste…..moi je ne suis que le porte crayons…..;-))!!

6 avril 2013

Jean_Baptiste_Crocodile a dit :

Houps, salut tout le monde !

Nada vient de me convoquer : y aurait comme qui dirait des questions relatives au scénario …

Dino : Alvaro aime bien son copain, son associé, son compagnon de beuverie, il s'inquiète pour lui, c'est bien normal ! Est-ce qu'il exagère ? Ce que je peux te dire c'est que ni lui ni personne n'aurait pu anticiper ou imaginer les incroyables péripéties du voyage de Rasmussen à Los Mochi qui seront racontées dans le chapitre 2. Non, Dino, personne ! Promis, juré, craché !

Lagae : les cuites d'Alvaro sont bavardes, verbeuses et c'est pain béni pour exposer, fouiller les tenants et les aboutissants d'une situation initiale. Et la fin de sa cuite sera provoquée par un évènement dramatique d'une intensité inouïe que le crayon de Nada dessinera avec toute l'énergie dont elle est capable (et ça veut dire : camarades, attention les yeux !). Sinon, puisque tu agites des questions de conscience, il entre effectivement une part de culpabilité dans les propos d’Alvaro : il se reproche de ne pas avoir été plus persuasif avec son copain.

6 avril 2013